AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
- forum fermé -
on continue ici: http://daybreak-rpg.activebb.net

Partagez | .
 

 baobabe. state of emergency.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: baobabe. state of emergency.   Dim 22 Sep - 3:52

i'm waiting for my prince.
Plus tôt dans la journée, Mei avait reçu un appel de ses parents. Ça n’arrivait pas très souvent, surtout depuis qu’elle avait plus ou moins pris ses distances après son mariage, si bien que la curiosité la poussa à répondre. Elle regretta rapidement de l’avoir fait lorsque ses parents l’invitèrent à une soirée qu’ils organisaient à la villa familiale. Rien de plus chiant à la base, mais refuser trop régulièrement rendrait ses parents suspicieux et au final ça lui donnait toujours une occasion de se décontracter. Oui bon c’était fort naïf de sa part de croire que ses parents la laisserait décontracter en paix, mais elle pouvait toujours espérer !
C’est donc après une journée de travail quelque peu écourtée que la demoiselle rentra à son loft pour se changer et enfiler une tenue digne des soirées de ses parents. Elle savait que sa mère ne lui pardonnerait jamais de ne pas s’être bien habillée. Sauf qu’elle n’allait pas passer le reste de son demi-congé à se préparer. Oui bon, il ne fallait pas chercher, Mei avait beau aimé faire des transformations chez les autres, elle préférait s’habiller simplement. Du coup une demi-journée de congé était plus que le nécessaire dont elle avait besoin pour être prête. Elle put donc relaxer un long moment avant de devoir se préparer.

Sauf que finalement l’heure fatidique arriva et elle dut se présenter dans la villa familiale. Elle soupira alors qu’elle entrait dans la demeure de ses parents. Elle fut rapidement attrapée par ses derniers qui semblaient un peu trop contents de la voir. Forcément ça la prenait de court puisque ce n’était, malgré tout, pas leur genre au final. Bien que suspicieuse, elle se laissa entrainer par les deux adultes alors qu’ils se dirigeaient vers un salon quelconque de la résidence. Puis, ils la postèrent devant un jeune homme qui, bien que charmant, ne lui disait rien qui vaille. « Chérie, voici, Ping. Il est le fils d’un de nos partenaires d’affaires. » Ces termes sonnaient atrocement mal à ses oreilles alors qu’elles marmonnait un : « Enchantée... je suis Mei. » C’était presque dommage qu’elle n’ait pas mis son alliance cette fois. Parce que le jeu de ses parents était assez clair et elle ne pouvait pas, ne voulait pas non plus d’ailleurs, y prendre part. « Je dois juste prendre un instant pour me repoudrer. » C’était ridicule considérant qu’elle venait d’arriver, mais ses parents blâmèrent sans doute la surprise alors que la demoiselle s’éloignait téléphone en main pour envoyer un sms concis à son sauver de toujours. « Help, mes parents font une soirée. » Il comprendrait surement la teneur d’une telle soirée venant des parents de Mei ou du moins elle ne pouvait qu’espérer.

{ la tenue }
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Li Bao Qiang
rainy ♡ the fabulous touch
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 24/08/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Dim 22 Sep - 16:18

clothes

Après une longue journée de travail, il était plus qu'évident que le plus grand désir de Baoqiang était de revenir à l'appartement dans les plus brefs délais pour retrouver la compagnie de Shaozu. La simple routine quotidienne de trouver une personne vivant dans ses affaires sans que cela ne le dérange avait su s'installer avec aisance pour le ravir à souhait. Sauf que, une fois la soirée entamée, ses projets furent brisés par son téléphone qui afficha un message de sa meilleure amie alors qu'il s'apprêtait à lancer un film dans le DVD. Lire les quelques mots une seule fois était largement suffisant pour en saisir le sens et comprendre que ce soir encore, Bao devrait jouer les bons princes pour son amie. Il ne pouvait pas vraiment lui refuser un coup de main, sachant qu'il appréciait la jeune femme plus que n'importe quel autre individu de sexe féminin sur cette terre – sauf peut-être sa mamie, mais ça c'était un autre sujet – et qu'elle n'hésitait jamais à lui rendre un service. Néanmoins, le fait de jeter à l'eau une soirée avec Yuan ne l'enchantait guère au premier abord pour des raisons évidentes. Li se mordilla la lèvre inférieure en cherchant quoi répondre à Mei, levant finalement les yeux vers Shao avant de taper quoique ce soit sur l'écran tactile. Une courte et rapide explication de la situation s'ensuivit avec promesse de se rattraper avec une soirée au restaurant, cinéma et cie une autre fois, pour enfin répondre à la princesse en détresse qui avait un don particulier pour se mettre les pieds dans des plats dont seul Bao avait le profil pour aller à son secours. « Bon, que ferais-tu sans moi ? J'me prépare et j'arrive. » Déposant son portable sur la table basse du salon, il vola un rapide baiser à son cadet avant de se lever de sa place, à contre-coeur, pour se rendre directement à leur chambre et ouvrir la penderie, sortant le premier habit que ses doigts touchèrent. L'avantage de son statut social faisait en sorte que ce n'était jamais un problème d'avoir un bel habit prêt et disponible, même qu'il en avait plus d'un, mais un truc plutôt classique serait de rigueur pour ce soir.

Au moins, se préparer ne nécessitait pas une éternité et le simple fait de changer de vêtements suffisait. Il retourna chercher son téléphone, et un autre baiser, au salon avant de trouver ses chaussures et partir. Le chemin jusqu'à la demeure des parents de Mei était relativement facile et difficile à oublier vu le nombre de fois que Bao l'avait fait au cours de sa vie. C'était un peu comme une troisième – ou quatrième ou peu importe – maison et c'est donc sans gêne qu'après s'être stationné, il entra dans la maison sans cogner ou sonner pour annoncer sa présence. En fait, à peine un pied posé de l'autre côté de la porte, la mère de Mei se trouvait dans les parages et exprima une certaine surprise à sa présence, ne perdant pas la moindre seconde à venir l'accueillir. « Je suis désolé pour mon retard, j'ai été contraint de terminer plus tard au boulot et je ne pouvais vraiment pas me libérer. » Parce que bon, dire qu'en fait, avant que Mei ne lui envoie un appel de détresse, il était sur le point d'écouter un film avec son petit ami, ça ne le ferait pas trop pour sauver la peau de la princesse. Évidemment, son pseudo-retard passa comme de l'eau et elle lui révéla aussitôt l'emplacement de sa fille, visiblement plus que ravi de sa présence. Même après toutes ces années, Bao ne pouvait que trouver amusant à quel point certaines personnes croyaient fermement qu'ils finiraient ensemble : même ses parents avaient été ainsi de leur vivant. Il remercia poliment la dame, se rendant ensuite au salon précis en prenant possession d'un cocktail sur son passage pour finalement arriver en douce dans le dos de Mei et venir passer un bras à sa taille. Pas besoin d'être un génie pour comprendre que l'homme devant elle n'était nul autre qu'une tentative désespérée de lui trouver un prétendant autre que sa propre personne. « Je suis arrivé, ma belle ~ » Bien sûr, son regard ne manqua pas de croiser celui de l'autre individu mâle et il lui décrocha un adorable sourire. « Si ça ne te dérange pas, je te l'emprunte un peu. » Bao aurait dû le vouvoyer puisqu'il s'agissait d'un inconnu et qu'il devait avoir un titre important pour que les parents de Mei ne daignent le lui présenter, mais c'était bien plus amusant de le tutoyer et regarder une once d'irritation – ou de jalousie – traverser ses yeux involontairement en tentant de ne pas fixer sa main posée à la taille de la jeune femme.

Sans plus attendre, Li emmena Liu avec lui dans un coin plus isolé du salon et relâcha sa taille une fois à destination pour simplement se mettre face à elle. « Encore dans des blind dates improvisés toi, hein. Tu m'en dois une pour avoir bousillé ma soirée. » Il n'était pas vexé, loin de là – il ne pourrait jamais l'être réellement contre elle – mais disons qu'il aimait simplement lui rappeler qu'elle venait de gâcher ses chances de faire l'amour ce soir puisqu'il reviendrait certainement trop tard pour que Shaozu soit encore réveillé et aussi qu'il risquerait d'abord d'avoir une soirée à expliquer pour éviter tout éventuel malentendu. « Pourtant, il avait l'air pas si mal celui-là. Pour une dame mariée, ils te trouvent encore désirable. » Évidemment, Bao avait pris soin de parler assez bas et de s'assurer que personne ne puisse l'entendre puisqu'il était bien au courant que le mariage secret difficile à rompre de son amie n'était pas un sujet connu de tous.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Lun 23 Sep - 0:51

i'm waiting for my prince.
Forcée de retourner discuter avec un jeune homme que ses parents envisageaient visiblement comme un potentiel mari, Mei ne pouvait qu’espérer que Baoqiang arriverait rapidement. Non pas que le dénommé Ping n’était pas agréable, au contraire il semblait relativement intéressant et il était plutôt plaisant à regarder, mais bon, vu la situation ce serait définitivement la pire idée que de s’intéresser à un type que ses parents voyaient comme futur gendre. De toute façon, ça revenait à la problématique situation : elle était mariée. Heureusement, elle n’avait pas fait l’erreur suprême d’enfiler son anneau, ses parents n’en seraient jamais revenus. Elle fit donc mine d’être intéressée un minimum à ce que le type racontait jusqu’à ce qu’elle sente un bras sur sa taille. Un sourire s’étira alors sur ses lèvres, sans même qu’elle n’ait à le forcée alors qu’elle entendait la voix ô combien rassurante de son meilleur ami. À ne pas connaitre leur relation, on aurait pu croire, qu’en effet, il y avait une possibilité pour eux de terminer ensemble vu la joie que ressentait Mei en voyant Bao, mais bon, sachant que c’était impossible ça servait uniquement à tromper autrui. « Je suis contente de te voir, mi amor. » Forcément le surnom n’était qu’un leurre, mais ça sembla jouer le tour vu comment le type avait l’air bien irrité ou jaloux. Le commentaire de Bao fut probablement ce qui l’énerva rapidement, mais histoire de ne pas avoir ses parents sur le dos, elle se contenta d’un « À une prochaine fois peut-être. » Ou pas. Définitivement ou pas.

La demoiselle se laissa donc entraînée par son ami sans broncher, elle était bien trop contente de se faire sauver, encore une fois. Le commentaire qu’il lui lâcha aurait pu la faire rire, si seulement ce n’était pas la triste réalité du fait qu’elle était toujours coincée dans ce genre de situation. « Tu crois que mes parents me laisseraient tranquille si je leur disais ? » Mei faisait bien sur référence à la nouvelle que ses parents ignoraient, bien qu’il était évident qu’elle n’irait jamais leur dire volontairement. « Puis tu sais bien que je te revaudrai ça. » Elle lui rendrait la pareille mille fois si seulement elle en avait l’occasion. Sauf que des deux, elle était celle qui se mettait constamment dans le pétrin. Décochant un regard noir à Baoqiang lorsqu’il parla de sa condition de femme mariée, elle fut tout de même reconnaissante de voir qu’il avait baissé le ton. Ce qui ne l’empêcha pas de lui répondre : « Même mariée je suis mille fois mieux que toutes les pimbêches que tu as fréquentées. » Elle semblait faussement vexée, limite jalouse, mais c’était loin d’être le cas. Seulement elle avait toujours été protectrice de Bao malgré le fait que c’était plutôt les pimbêches qui avaient besoin d’aide en général. « Heureusement que tes goûts se sont rehaussés récemment. » Elle faisait bien sur référence à Shaozu qui, aux yeux de Mei, était mieux que toutes les conquêtes féminines. Remarquant alors du coin de l’oeil ses parents, elle attrapa la main de Baoqiang faisant mine de se rapprocher de lui. « Mais tu sais si ça te dérange tellement j’appellerai mon mari la prochaine fois. » Elle cherchait à l’embêter, une façon de lui montrer qu’il était bien le seul qu’elle pourrait appeler, même si ce n’était pas vraiment clair.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Li Bao Qiang
rainy ♡ the fabulous touch
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 24/08/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Lun 23 Sep - 1:24



« Non, pas la moindre seconde. Puis, ils chercheraient à savoir de qui il s'agit et voudraient le rencontrer. T'es mieux de tout régler en silence. » Certes, Baoqiang ne pouvait qu'être méfiant de toute figure parentale avec l'exemple qu'il avait dû endurer pendant vingt longues années, mais ses paroles n'avaient pas que du faux. Si les parents de Mei pouvaient déceler une part de bien dans le présent mari de la jeune femme, ils risqueraient de s'opposer au divorce qu'elle désirait tant et, mine de rien, voir sa meilleure amie prise au piège dans une situation qui la rendait malheureuse lui faisait du mal. Il n'était que d'un naturel évident que tout ce dont voulait Li pour sa princesse était de la voir heureuse dans son quotidien et si cela impliquait qu'il devait se mêler de plusieurs trucs pour y parvenir, il le ferait. Bao ferait un peu n'importe quoi pour elle, ce qui expliquait certainement d'où tant de gens en venaient à croire qu'ils pouvaient s'aimer, mais le type d'amour que le jeune homme éprouvait pour elle n'avait rien de comparable à celui d'un couple.

Que Mei lui rende son service un jour ou l'autre lui importait peu, il avait simplement voulu lui remettre en mémoire qu'il avait une vie en dehors de sauver son joli derrière dès qu'elle ouvrait la bouche. « À ce rythme, j'vais plutôt te faire vivre chez nous pour t'avoir constamment à l'oeil. Et pis, tu pourrais aider dans le ménage. » Ce n'avait rien de vrai et encore moins de sincère, mais c'était juste sa façon à lui d'enfoncer le couteau dans la plaie en sous-entendant que c'était loin d'être la dernière fois qu'il viendrait sauver sa peau. Puis de toute manière, il était hors de question qu'il vienne volontairement mettre un obstacle à l'intimité de son couple avec Shaozu, même s'il était écrit dans le ciel que Mei ne ferait jamais une telle chose. Visiblement, Yuan était la première personne qui franchissait le seuil de la porte de chez Baoqiang qu'elle appréciait. Chose dont Mei évitait rarement de lui faire part. « Elles étaient jolies, j'les prenais pas pour leur intelligence. » Ç'avait le mérite d'être honnête. « Dit surtout que tu préfères Shao aux conversations superficielles des autres, tss. » Oui parce que Baoqiang était prêt à gager son amour pour les motifs léopard que les quelques fois où il avait torturé Mei en la laissant en compagnie d'une ex, elle avait eu droit à des conversations enthousiastes à sens unique sur le maquillage, le parfum ou les cheveux. Ou encore des trucs sexuels dont il préférait ne rien savoir de ce qu'elles auraient pu lui dire. De toute façon, elle avait déjà tenté, ahem.

Sentant la main de Mei venant se loger dans la sienne, il ne lui en fallut guère davantage pour comprendre qu'on les regardait. Qui précisément, il ne saurait trop dire sans se retourner et éveiller les soupçons, mais d’instinct il dirait les parents de la jeune femme ou le dude de plus tôt. Sachant qu'on ne pouvait l'entendre, Bao posa le cocktail qu'il tenait dans sa seconde main sur la surface plane la plus près et replaça une mèche de cheveux de Mei derrière son oreille d'un geste qu'il fit le plus tendre possible, laissant un sourire flotter sur ses lèvres avant de poursuivre la conversation. « Oh mais, rien ne t'en empêche. J'suis sûr qu'il serait ravi de rencontrer tes parents. » Et elle aurait un plaisir fou à s'expliquer devant ceux-ci, mais ça n'arriverait pas. Baoqiang doutait  que Mei puisse se tourner vers une autre personne que lui pour réclamer un coup de pouce. Sans compter le fait qu'il avait le profil parfait pour le rôle.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Lun 23 Sep - 2:03

i'm waiting for my prince.
Malheureusement, Mei était bien forcée d’avouer que Baoqiang avait totalement raison. Elle connaissait suffisamment ses parents pour imaginer leur réaction, mais c’était plutôt la rencontre entre son mari et ses parents qui la terrifiait plus que tout. Après tout ses parents étaient assez étranges - et déçus de ne pas voir leur fille épouser Bao, qu’ils pourraient très bien finir par apprécier le mari. Ce serait définitivement la fin des haricots pour le divorce de la demoiselle. « Si je peux me débarrasser de lui un jour. » Plus que quiconque, il devait savoir que ce n’était pas dans les plans puisque le mari en question ne voulait toujours pas signer les papiers. Sauf qu’elle ne pouvait pas faire appel à des avocats plus agressifs ou compétents sans que ses parents ne finissent par l’apprendre. Espérer un peu de bonne volonté de la part du type qui lui servait d’époux était particulièrement éreintant, mais que pouvait-elle faire d’autre ?
Savoir qu’elle devait une énième faveur à Baoqiang ne la dérangeait pas plus qu’il ne le fallait. Après tout, ils ne tenaient pas vraiment de compte - sinon elle croulerait sous les faveurs, mais surtout elle ferait volontiers n’importe quoi pour le jeune homme et normalement ça il le savait plus que bien. Grimaçant automatiquement en entendant la proposition de faire du ménage, Mei préféra néanmoins ironiser la situation : « Je me vois tellement bien entre toi et Shao alors que vous écoutez des films tu sais. » Parce qu’elle ne pouvait pas le laisser enfoncer le couteau dans la plaie sans rien faire, puis il devait être à peu près sincère comme elle. Au moins, il l’était davantage lorsqu’il parlait de ses conquêtes, même si ce n’était pas très bien pour elles. Préférer les discussions qu’elle pouvait avoir Shao ? Bien évidemment ! « Franchement, je regrette tellement de ne plus pouvoir les écouter raconter tes prouesses ou pire entendre leurs conseils débiles. » Combien de fois elle y avait passé parce que les pimbêches aimaient bien lui rappeler qu’elle ratait sa vie en ne fréquentant pas amoureusement le jeune Bao ? Chose qu’elle avait toujours trouvé ridicule, mais néanmoins fort déplaisant.

Tout sourire alors qu’elle sentait la main de son ami replacer une de ses mèches, elle poussa le tout en se rapprochant considérablement du jeune homme, cette fois pour de vrai. C’était bien parce qu’elle voyait bien que le type d’avant avait trouvé ses parents qui restaient heureusement partiaux pour Bao. « Peut-être qu’ils finiraient par le préférer à toi. » C’était tout bonnement impossible, particulièrement parce que personne ne pourrait détrôner le jeune homme, mais aussi parce que le mari ne rencontrerait jamais ses parents. Tout comme elle ne l'appellerait jamais à l’aide, surtout pas si elle pouvait compter sur son prince charmant. « Mais je dois avouer que tu es plus digne de mon prince charmant. » C’était la description qui s’appliquait le mieux à son ami. « Surtout vu comment tu as fait un jaloux et de nombreuses jalouses. » Elle faisait bien sur référence au type qui les fixait à peine subtilement en compagnie de demoiselles qui semblaient bien tristes de ne pas pouvoir être celle qui était collée au jeune homme. « Tout serait tellement plus simple si j’avais pu me retrouver mariée à toi. » Un soudain côté sérieux à la discussion, mais en soit, elle le pensait. Parfois elle se disait que c’était dommage que les choses ne se soient pas passées différemment, même si la réalité revenait toujours rapidement.  
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Li Bao Qiang
rainy ♡ the fabulous touch
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 24/08/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Lun 23 Sep - 2:49



L'image d'avoir Mei en bonniche était plutôt amusante, mais ne ferait certainement pas l'unanimité de tous puisqu'il n'était plus le seul à prendre les décisions dans l'appartement depuis qu'il avait accordé un certain pouvoir décisionnel à Shaozu. Chose dont aucune des précédentes personnes à pouvoir dormir dans son lit n'avaient eu droit, ce qui devait tout de même être une certaine joie pour la jeune femme qui avait tant apprécié les ex de Baoqiang. « J'en doute même pas. Tu peux toujours en parler avec Shao même si je doute que ce soit aussi facile qu'avec elles. » Parce que bon, si lui parvenait à avoir des conversations du domaine sexuel avec Yuan, il doutait qu'il en soit de même pour une autre personne. De toute façon, il n'y aurait aucun intérêt à ce que Shao et Mei aient ce genre de conversation et ce ne serait que du domaine du incroyablement étrange et malaisé si cela venait à arriver, surtout considérant le fait que Bao n'avait pas encore trouvé le moyen d'annoncer à Shaozu qu'il avait déjà couché avec sa meilleure amie par peur de la réaction de celui-ci. Après tout, sa relation avec Mei pourrait devenir encore plus suspect en sachant ce détail si banal pour lui comme pour elle.

« Impossible, je serais ton prince jusqu'à ta mort. Ou du moins, jusqu'à leur mort. » Ça devrait quasiment être un concept qu'ils pourraient exploiter un beau jour d'halloween. Étrange de ne jamais y avoir pensé avant, ç'aurait été une idée de génie de se vêtir en prince et princesse, dommage. Qu'ils fassent des jaloux et jalouses lui importait peu et la situation venait de se dessiner parfaitement pour une réplique idéale. « Je me fiche des autres filles, tu es ma seule princesse. » D'un certain point de vue, c'était la pure et simple vérité. Shaozu ne pouvait être considéré comme une princesse puisqu'il était un homme et se classifiait donc dans le domaine du prince, ce qui faisait de Mei son unique princesse. La prochaine réplique de la jeune femme sonna néanmoins si  sérieuse que son propre sourire s'effaça à moitié pour mieux analyser ce qu'elle venait de dire tout haut. Si son chemin n'aurait jamais croisé celui de son petit ami, peut-être cela aurait pu être la fin qu'ils auraient connus. Une union qui aurait arrangé tout le monde, ils auraient continué de simplement se traiter en bons amis, faire un enfant pour le plaisir des parents de Mei et vivre tranquillement jusqu'à la fin de leurs jours. Oui, ç'aurait été l'option la plus simple pour tout le monde. Elle ne serait pas coincée dans un mariage dont elle n'arrivait pas à se déprendre, il ne serait pas dans une relation mal vue – et même refusée – par la société chinoise. Tout aurait été plus facile, c'était une évidence. « Je sais. » Bao ne pouvait nier, ç'aurait été stupide de tenter de démonter une telle chose. « Ç'aurait été plus simple pour tout le monde. » Sauf que le bonheur des autres n'aurait pas forcément fait le leur, il ne fallait guère oublier ce fait. « Tu t'en sortiras bien un jour ou l'autre et tu trouveras une bonne personne. » Les paroles classiques, mais qu'est-ce que Li pouvait bien dire d'autre ? Libérant sa main de la sienne, il passa un bras autour de sa taille pour venir la serrer contre lui dans un élan de réconfort. La voir si sérieuse n'était pas ce qu'il préférait, mais parfois ça devait arriver et dans ce genre de moment, il ne se gênait nullement pour lui flatter son estime personnelle puisque cela ne pouvait toujours qu'avoir un effet positif. « Moi non plus je ne voudrais pas divorcer à sa place, tu es magnifique, mais ne penses pas à ça ce soir, okay ? Essaye plutôt de t'amuser, t'as l'air stressé. » Elle ne s'en rendait peut-être pas compte, mais tout le stress que sa situation engendrait lui grugeait beaucoup plus d'énergie qu'elle ne pourrait le croire.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Lun 23 Sep - 13:16

i'm waiting for my prince.
Rien que penser aux exs de Bao suffisait à la mettre de mauvaise humeur, parce qu’elle avait du se taper la conversation avec plus d’une et comme il n’avait jamais visé pour une conversation intéressante... Eh bien disons qu’elle n’en avait jamais eu. La proposition que le jeune homme lui fit pour pallier à ce ‘manque’ de conversation fort déplaisante l’amusa. Oh, pourquoi pas. « Même là-dessus je suis certaine qu’il serait plus intéressant, sauf que nos expériences respectives ne sont pas vraiment compatibles. » Beaucoup de mot pour dire qu’elle n’en parlerait pas, de toute façon ça avait surtout été sa carte maitresse pour faire fuir les pimbêches qu’elle n’appréciait pas. Alors ça ne valait pas la peine de faire de même avec Shao puisque bon, pour l’instant il semblait passer les critères de la demoiselle.

Légèrement de meilleure humeur en entendant la déclaration de Bao, elle se surprit à se dire qu’au final, ça lui plaisait de savoir cela. Peut-être parce qu’il s’agissait d’une situation toute particulière et qu’elle était consciente de la chance qu’elle avait. « J’espère que tu le resteras jusqu’à ma mort, ça va vraiment me manquer autrement. » Le pire ? C’est qu’elle le pensait réellement. Certes la mort de ses parents ne changeraient rien à leur relation, outre que peut-être qu’enfin Baoqiang n’aurait plus à venir à sa rescousse lors de rencontres arrangées par ces derniers. Ce qu’il déclara alors ne put que lui arracher un sourire, peut-être parce que c’était à la limite du cliché, mais bon, elle ne nierait pas que ça lui plaisait encore plus. Comme quoi un rien ne lui faisait plaisir ces derniers temps. « Ce n’est pas le même discours que tu tenais avant. » Ce que Mei disait était faux et elle en était conscience, mais elle était désormais la seule femme - exception faite de la mamie, dans la vie de Bao depuis qu’il fréquentait Shao. Même si en fait, avant, il hésitait encore moins à venir à sa rescousse. Mais en fait, si elle disait cela c’était pour que son orgueil survive, ce qu’il ne ferait pas si elle devait avouer à quel point ça lui faisait plaisir.

Sauf qu’au final, elle était toujours rattrapée par l’idée que ses parents avaient peut-être raison, que marier Baoqiang aurait été beaucoup plus simple, mieux pour elle en quelque sorte. Ils n’auraient peut-être pas été si heureux, mais elle l’aurait définitivement été plus qu’à ce moment là. Entendre son ami le confirmer ne l’aidait pas à ce sortir cette idée de la tête, au contraire, mais de toute façon, il aurait été idiot de la part de qui que ce soit de croire différemment. Ils étaient les deux dans des situations précaires qui auraient été évitées avec un mariage, mais bon. Pour rassurer tout le monde, elle n’y pensait pas comme une solution viable, seulement un genre de regret. Elle regarda Bao pendant un moment alors qu’il tentait visiblement de lui remonter le moral, malheureusement : « Après deux ans, je commence à avoir du mal à y croire. » Mei risquait quelque peut de gâcher l’atmosphère, sauf qu’elle ne pouvait réellement en parler qu’avec lui. Se sentant attirée contre lui, elle profita du moment pour souffler un bon coup. Elle s’efforçait de rester digne et de ne pas chercher un placard pour s’enfermer le restant de la soirée pour pouvoir déprimée en paix et heureusement Bao aidait tout particulièrement. Elle ne put retenir un léger rire alors qu’elle l’entendait dire qu’il n’aurait pas divorcé lui non plus. « N’importe quoi, tu l’aurais fait à la première occasion. » Pour une fois, elle n’avait aucune idée de si le jeune homme pensait réellement ce qu’il avait dit, mais il avait réussi à remonter le moral de la demoiselle. « Mais tu sais je crois que je peux être stressée quand je sais que mes parents attendent patiemment que je leur annonce que je me marie avec toi ou pas pour pouvoir me passer la liste des prétendants qu’ils ont en tête. D’ailleurs je suis plutôt certaine qu’ils comptaient m’en présenter plus qu’un ce soir. » D’un léger mouvement de tête, elle indiqua le jeune homme qui parlait avec les parents de la demoiselle. Clairement un plan B au cas où Bao disparaitrait des parages.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Li Bao Qiang
rainy ♡ the fabulous touch
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 24/08/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Mar 24 Sep - 23:53



S'embarquer dans des conversations sérieuses avec la jeune femme figurait bien bas sur sa liste de préférence. Notamment parce qu'il préférait davantage s'amuser en sa compagnie que faire face à la dure réalité qu'ils devaient affronter quotidiennement. C'était généralement ce qu'il appréciait chez elle. Cette facilité avec laquelle il pouvait blaguer de tout et n'importe quoi, tenir des propos sexistes, dire vraiment la première chose qui lui passait à l'esprit sans avoir à filtrer ses paroles. Ce point massif résumait plutôt bien la raison pour laquelle Mei avait su décrocher une place si importante au sein de sa vie tout en étant un individu de sexe féminin. Et cette place de choix venait avec une quantité impressionnante de privilèges, dont celui de non seulement s'attirer les bonnes grâces du jeune homme, mais aussi l'honneur d'être réconforté. Parce que non, Baoqiang ne supportait pas qu'on vienne se lamenter dans ses bras ou qu'on chercher une source de réconfort de son côté. Entre le boulot et la vie sociale, il y a tout un monde et en dehors de ses heures de travail, Li ne voulait généralement rien savoir des problèmes des autres. Or, ceux de Mei avaient une importance à ses yeux, une si grande importance qu'il était toujours prêt à non seulement les écouter, mais aussi à l'aider. « Ça finira par rentrer dans l'ordre... Il ne peut pas te garder en laisse pour toujours, quand même. » Depuis le temps que cette histoire de divorce durait, elle en était venue à l'énerver. Pourquoi cet idiot de l'autre côté des papiers refusait-il de signer ? S'attendait-il vraiment à ce que Mei lui tombe magiquement dans ses bras s'il s'obstinait à ne pas divorcer ? Li aurait dû lui tordre le coup quand il en avait eu l'occasion, quitte à être accusé de meurtre : au moins ça l'aurait défoulé dans cette histoire. Avec un peu de chances, qui sait, il aurait pu réussir à faire passer le tout pour de l'autodéfense ou une autre raison qui aurait pu se tenir debout.

Certes, l'idée de se mettre à la place du présent – et si haïssable – mari de Mei avait un côté farfelu puisque Bao n'aurait jamais pu passer la bague au doigt de sa meilleure amie, qu'importe la situation, mais si ç'avait été le cas, il aurait très bien pu simplement faire avec. N'était-ce pas ce que tout le monde voulait, de toute façon ? Ils n'auraient pas été le premier mariage sans amour romantique, mais ils n'auraient pas été le pire non plus. C'était malheureusement une réalité impossible à nier puisqu'elle était trop évidente. « Mais je m'en fiche s'ils comptaient t'en présenter un ou cinquante ce soir. Là t'es avec moi et il est hors de question que je laisse quiconque t'approcher. Y'en a un qui s'essaie, je lui arrache le bras. » Baoqiang conserva Mei suffisamment proche de lui pour que personne n'ait envie de pousser l'audace jusqu'à venir les déranger, adressant un fin sourire à son amie. Qu'un seul dude en costard ose s'approcher de sa princesse pour voir et Bao se ferait un réel plaisir de démontrer les limites de son territoire. Territoire qui la contenait et dont personne n'avait intérêt à approcher s'il ne désirait pas quitter cette maison les pieds devant.

Jugeant qu'il était à son tour d'observer les alentours, Bao jeta un rapide coup d'oeil dans les alentours pour ne pas manquer l'attention qu'ils attiraient et le changement brusque d'attitude de la part des gens lorsqu'il croisa leur regard. Chose qui le fit sourire. Comme s'il allait croire que non, ils n'étaient pas en train de les fixer il y a tout juste trois secondes. Néanmoins, une paire de yeux ne broncha pas, attirant immédiatement son attention. « My god, Mei. » Il pinça les lèvres pour éviter de rire et repositionna sa tête droite pour regarder sa meilleure amie dans les yeux. « Quand on parle du loup, une de tes anciennes meilleures amies est là. » Comme quoi, avoir fréquenté des personnes de son rang social pouvait se montrer amusant puisqu'il s'agissait là d'une ex visiblement mécontente de constater sa proximité constante avec la rivale de toute femme qui avait frôlé le seuil de son appartement. « Elle était définitivement plus jolie avec moi à côté. »
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Mer 25 Sep - 2:22

i'm waiting for my prince.
Tout comme Baoqiang, Mei n’aimait pas particulièrement entrer dans des sujets sérieux, pourtant, elle se voyait bien forcée de le faire quelques fois. Parce que c’était si difficile de faire comme si tout allait bien lorsque ce n’était pas le cas et le jeune homme était bien la personne avec qui elle n’avait pas besoin de le faire. Ce qui faisait donc de lui, la seule personne à qui elle allait se plaindre sérieusement. Seule Serena arrivait presque à ce niveau de confiance, mais ce n’était pas exactement la même chose. Bon, ça n’empêchait pas le fait que la soirée n’était peut-être pas le meilleur moment pour raconter ses malheurs à Bao, mais c’était notamment parce que ses parents étaient si décidés à la forcer dans un mariage arrangé alors qu’elle avait bien d’autres chats à fouetter. Ici, seul le jeune homme le savait ce qui expliquait pourquoi il avait droit à : « Il l’a fait pendant deux ans, je vois pas ce qui l’empêche de continuer. » Elle était visiblement énervée, mais ça n’avait rien étonnant. Après tout, même lorsque son ami lui avait dit qu’un jour elle rencontrait quelqu’un de bien, mais si ça devait arriver, comment pourrait-elle expliquer la situation ?
C’était d’ailleurs ce qui l’obligeait à endurer les intentions de ses parents malgré le fait que c’était pratiquement inutile. Heureusement la présence de Baoqiang la sortait du pétrin, encore une fois, puisque ses parents caressaient encore l’idée que leur fille et le jeune homme puisse un jour réaliser le soit de bien des gens. Ce qui était idiot, mais qui restait néanmoins pratiquement un but pour eux. « Je ne pourrai plus venir ici sans t’inviter dans ce cas. » C’était, de toute façon, ce qui se passait la majorité du temps. Heureusement, elle pouvait fuir dans son loft où ses parents ne pouvaient pas vraiment lui arranger de blind dates, même si là-bas c’était son mari qui lui préparait des surprises. Enfin, l’idée de Bao soit là pour la protéger des autres types en costards était néanmoins fort plaisant.

Lorsque la nouvelle tomba, comme quoi une des anciennes meilleures amies de Mei était présente, aka une des pimbêches il ne faut pas se méprendre, un sourire s’étira naturellement sur les lèvres de la demoiselle. Oh, mais c’était évident qu’elle ne pouvait qu’être amusée par une telle situation, il n’y avait pas de doute sur la question. Encore plus parce que la demoiselle était l’une de celles qui lui avaient rappelé à quel point elle gâchait sa vie à ne pas être avec Baoqiang. « En même temps, vu le type avec qui elle est. » Flatter l’estime de son ami n’était pas son but premier, mais pour le coup, c’était la vérité. Mais bon, elle n’allait certainement pas les regarder de loin sans rien faire. Fouillant brièvement dans son sac à main, elle saisit un petit objet qu’elle glissa à son doigt avant d’entrainer Bao avec elle. « Oh Yuan Ji ! Je suis tellement contente de te voir. Il fallait absolument que je te remercie pour m’avoir ouvert les yeux. » Après quoi elle releva la main pour présenter la bague qu’elle avait au doigt, se collant très peu subtilement à son ami, pour indiquer qu’il était, supposément, l’heureux élu. Oui, Mei sous-entendait parfaitement qu’elle s’était mariée à Bao.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Li Bao Qiang
rainy ♡ the fabulous touch
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 24/08/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Dim 29 Sep - 15:54



Qu'elle continue de le faire venir à ce genre de soirée à chaque fois qu'elle se trouvait assez naïve pour s'y rendre ne le dérangerait pas, malgré le fait que ça le sortait de sa routine.  Après tout, ce genre de moment avait l'habitude de lui rappeler de quel genre de milieu il venait et dans quoi il avait grandi – outre les parents qui s'engueulaient à chaque instant, il avait aussi ce genre de soirée où on essayait de le socialiser avec diverses filles de son âge. C'était justement de cette façon qu'il avait rencontré celle qui se tenait plus loin avec un individu bien habillé, mais tellement moins beau que lui ne l'était. En même temps, difficile de mettre la barre très haute avec la personnalité que cette femme avait. Yuanji avait été le genre de fille qui fait la gueule pour un rien, toujours à faire des crises de jalousie sur des broutilles, jamais contente en somme. Signaler sa présence à Mei ne pouvait que se révéler un brin amusant puisqu'il connaissait suffisamment sa meilleure amie pour savoir qu'elle chercherait un moyen d'aller passer le temps de ce côté. « Elle n'aurait pas vraiment pu pêcher mieux. J'suis certainement le plus beau trophée qu'elle n'aura jamais. » Un bel ego, mais difficile de dire le contraire.

Baoqiang baissa les yeux pour suivre le mouvement de ce que faisait Mei, la voyant sortir une bague de son sac à main et l'enfiler à son doigt, faisant immédiatement naître un air amusé sur le visage du jeune homme. Encore heureux que lui possédait déjà une bague de couple qui pouvait aisément passer pour une bague de mariage. Il se laissa donc entraîner par Mei jusqu'à son sec et la laissa parler en passant un bras possessif à sa taille. Nul besoin d'être un devin pour voir dans le regard de Yuanji que la situation lui déplaisait grandement et que sa rancœur envers Mei était toujours présente. Elle l'avait toujours détestée, clamant continuellement que son favoritisme envers elle cachait très certainement quelque chose de plus que de l'amitié. « Comme quoi, tu avais raison en ce qui concerne Mei et moi. » Oh, comme c'était divertissement de voir un regard aussi noir, nullement caché et la main de la jeune femme qui serrait plus que nécessaire celle de son copain. Bao eut l'honneur de l'entendre marmonner une réponse futile de félicitation, néanmoins l'homme à ses côtés l'intéressait un brin plus que l'air si social de Yuanji. « Tu ne nous présente pas l'heureux élu ? » Li glissa les yeux vers l'homme en attente d'une présentation qui vint, si froidement qu'on aurait pu croire que la jeune femme n'attendait que le bon moment pour mordre Mei telle une vipère. Chose qu'elle ne ferait pas, Yuanji considérait qu'elle avait beaucoup trop de classe pour se battre, mais elle était si caractérielle que ça n'étonnerait à peine Baoqiang qu'elle est déjà faite exception. L'homme à ses côtés était bien plus agréable, souriant et d'une bonne humeur ravissante. Évidemment, il semblait ravi d'avoir une compagne aussi jolie – parce que oui, elle était jolie. Folle, mais belle. « Eh bien, j'espère pour toi que tu comptes lui passer la bague au doigt avant qu'elle ne te file entre ceux-ci. » Baoqiang s'amusa à glisser volontairement une nuance de sous-entendus qui pouvait clairement être interprétée dans le sens qu'il désirait.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Mer 2 Oct - 0:25

i'm waiting for my prince.
Décidément si la présence de Baoqiang égayait considérablement son humeur par rapport à la soirée organisée par ses parents, celle de Yuanji changeait complètement la donne ! Non pas parce que l’autre demoiselle était très appréciée par Mei, ce serait franchement idiot de même penser que c’était possible, mais bien parce qu’elle voyait une opportunité de se changer les idées. Embêter une jeune femme qui l’avait définitivement provoqué lorsqu’elle fréquentait Bao était une opportunité en or. À la base, elle n’était pas très rancunière, seulement, remettre ce qu’on lui avait fait dans le visage était toujours un plaisir. « Oui et au passage je serai toujours le plus beau trophée féminin que tu auras. » Elle n’allait certainement pas contredire Bao, puisqu’elle était d’accord avec ce qu’elle disait, mais autant tourner la chose en ironie, si c’était vraiment ce que c’était.

La manœuvre pour embêter la jeune femme était simple : lui mettre sous le nez ce qu’elle avait toujours craint dans sa relation avec Baoqiang. Après tout, pour bien des exs du jeune homme Mei avait toujours été une menace. Voir la réaction de Yuanji était bien plaisante, surtout vu comment Bao en rajoutait. « Mais je voulais m’excuser si j’ai pu être un obstacle pendant ta relation avec lui, seulement comme tu avais tant raison je n’ai pas pu m’en empêcher. » C’était idiot, mais Mei recherchait bel et bien une réaction en particulier : voir Yuanji sortir de ses gonds. Ça ne sembla pas faire l’effet recherché, mais peut-être qu’à la longue, elle y arriverait. La froide présentation amusa la demoiselle, mais elle cherchait surtout une façon de pousser un peu plus. Bao le fit certainement avec les sous-entendus qu’il venait de faire, mais encore une fois, ce n’était pas suffisant. « Enfin, ensuite il est possible que tes parents s’opposent à une union avec Yuanji pour être franche. Ce serait une tragédie bien sur, mais… » C’était assez cru, mais puisque les sous-entendus ne semblaient pas pousser assez loin autant aller à la case supérieure. Au moins cette fois elle reçut l’effet escompté ou plutôt…  plus que l’effet escompté. Un verre de cocktail se déversa sur sa robe accompagné d’un ‘comment ose-tu ?’ qui la fit presque sourire. Presque parce que bon, recevoir le verre n’était pas particulièrement plaisant. « Voilà ce que je craignais… » Sauf que bon, elle n’avait pas non plus envie d’attirer encore plus le regard de la foule qui s’était évidemment tourné vers eux alors il valait probablement mieux s’éloigner. À cet effet, Mei lança un regard à Baoqiang, signe qu’il fallait se retirer, principalement puisqu’elle devrait se changer.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Li Bao Qiang
rainy ♡ the fabulous touch
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 24/08/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Ven 4 Oct - 0:58



Vexer son ex ne figurait guère dans ses plans pour la soirée puisque la voir ici présente au bras de cet individu lui suffisait amplement pour juger qu’elle était tombée de bien haut après qu’il l’est jeté à la porte. Or, puisque Mei semblait prendre plaisir à chercher la bête noire auprès de Yuanji, Baoqiang ne l’en empêcha nullement. Sa meilleure amie pourrait mettre le feu à la Maison Blanche qu’il serait là pour prendre sa défense bec et ongles. Puis, les paroles de Mei semblèrent causer le choc entre les deux neurones du cerveau de l’autre jeune femme qui prit conscience de l’insulte quant à son manque de savoir-vivre flagrant, qui se fit également remarqué par le geste qu’elle posa.  Le réflexe premier de Bao fut de reculer d’un pas, forçant Mei à en faire de même puisque sa main resta passée à sa taille, et décrocher un regard profondément glacial à son ex et son accompagnateur. « Cherche pas si lui aussi te fous à la porte, tu sauras pourquoi. » Encaissant le rôle mensonger de mari dont il était affligé, Li dévisagea à nouveau le second couple avant de mener Mei à l’étage de la maison, non sans soufflé un rapide « espèce de cinglée » à Yuanji en s’assurant bien que seulement elle ait pu l’entendre.

Bao escorta son amie jusqu’à la salle de bain la plus proche, refermant la porte derrière eux afin d’éviter une visite surprise de Dieu seul sait qui. « Ça t’as fait plaisir d’enfin prendre ta revanche, avoue. » Il lui sourit et vint lui pincer une joue comme si elle avait été une gamine, puisqu’il jugeait que c’était un peu ainsi qu’elle s’était comporté, mais il ne comptait pas lui en tenir rigueur ou tenter de lui faire une morale quelconque sur le sujet. Avec Yuanji, ce n’avait été qu’une question de temps. Ils auraient pu parler d’ours polaires qu’elle aurait fini par se frustrer inutilement. « J’espère pour toi qu’il te reste une robe chez tes parents ou que t’as pensé à prendre un truc de rechange. » Connaissant les lieux comme le fond de sa poche pour y être venu des centaines de fois, il alla de son propre chef fouiller dans une armoire pour en sortir une petite serviette et la tendre à Mei afin qu’elle puisse éponger un peu le liquide absorbé par le tissu de sa robe. « Parce que je doute que ça passe bien si je te prête mon veston et que tu retournes en bas avec seulement ça sur le dos. » L’image avait, certes, un quelque chose de plutôt amusant, mais risquerait d’être mal interprété par la majorité des individus présents.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   Sam 5 Oct - 15:54

i'm waiting for my prince.
Probablement que ça avait été un mauvais calcul de sa part que de provoquer Yuanji comme elle l’avait fait. Après tout, elle se retrouvait trempée dans un cocktail quelconque ce qui supposait que sa robe était foutue, au moins pour la soirée puisqu’un bon nettoyeur saurait sans doute que faire avec. Mei était néanmoins contente d’avoir réussi à prendre sa revanche et elle put faire confiance à Baoqiang pour venir à sa rescousse. Elle n’eut rien à ajouter alors qu’elle se faisait entrainer par ce dernier qui montait rapidement à l’étage. Il était évident que c’était une bonne chose qu’il soit là pour rattraper ses coups. D’autant plus qu’il comprenait – ou pas – à quel point ça avait été important pour elle. Elle esquissa une grimace lorsqu’il se mit à lui pincer la joue. « Terriblement, elle l’a bien mérité en plus ! » Bon par contre elle était nettement moins satisfaite du fait que sa robe soit gâchée, mais ça c’était une autre paire de manche. « Au moins j’imagine que mes parents ne la réinviteront pas. » Après tout, il serait franchement impossible de les voir inviter quelqu’un qui avait causé une scène avec leur fille.

Mei fut bien amusée par la proposition de Baoqiang qui ferait évidemment une scène si elle devait accepter une telle idée. « Normalement une bonne partie de ma garde-robe se trouve encore ici » Après tout elle n’en avait apporté qu’une partie dans son loft faute d’avoir suffisamment d’espace pour l’immense quantité de vêtement qu’elle possédait. Épongeant le surplus de cocktail sur sa robe, elle finit par se lever et entraina Bao avec elle vers son ancienne chambre où elle le poussa simplement sur le lit le temps qu’elle cherche dans son armoire où se trouvait une partie de ses choses. Fouillant pendant un moment, elle en ressortit une robe rouge qu’elle n’avait jamais vraiment portée. « Ça devrait faire l’affaire. » Nullement gênée par la présence de son meilleur ami, elle retira la robe noire et la lança sur le lit avant d’attraper la rouge. Un léger contretemps fit néanmoins son apparition : sa mère. Cette dernière entra sans même se préoccuper de cogner et elle tomba alors sur une scène qui fut probablement fort intéressante pour elle : Mei en sous-vêtements et Baoqiang sur le lit. Ce ne fut malheureusement pas ce qui attira le regard de la dame, non, ce fut plutôt ce qui brillait au doigt de la demoiselle. « Oh mon dieu ! » fut son seul commentaire alors qu’elle ressortait rapidement, sans même que la demoiselle puisse expliquer.

{ nouvelle robe 1 & 2 }
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Contenu sponsorisé

au nom de l'étrange


MessageSujet: Re: baobabe. state of emergency.   

Revenir en haut Aller en bas
 

baobabe. state of emergency.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- WE DREAM OUT LOUD - :: résidences-