AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
- forum fermé -
on continue ici: http://daybreak-rpg.activebb.net

Partagez | .
 

 husbando. what an embarrasing day for me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: husbando. what an embarrasing day for me.   Sam 28 Sep - 14:20

because i feel so pathetic.
C’est à cause d’une merveilleuse sonnerie de téléphone que Mei fut tirée hors des bras de Morphée vers la réalité. Une triste chose en vérité puisque son rêve était mille fois plus plaisant que ce qui l’attendait. Cherchant son téléphone sur la table de chevet où il devait normalement être, elle ne prêta que très peu d’attention à ce qui l’entourait. Elle dut se tirer du lit pour atteindre l’appareil électronique qui était sur une table un peu plus loin dans sa chambre. Après avoir décroché, elle eut droit à une conversation peu plaisante avec sa mère, qui réalisait peut-être enfin que sa fille n’était pas mariée à Baoqiang, l’invitant à une énième soirée. Obligée d’accepter l’invitation même en sachant que cela signifiait une autre réception où elle se ferait présenter divers prétendants, bref elle allait sans doute devoir appeler des renforts. Sauf qu’au moins, elle avait le temps d’y penser.  

Mei reposa donc son téléphone à la place où elle l’avait trouvé avant de retourner vers son lit. Elle remarqua alors un détail : une autre personne dans le lit à vrai dire. Peut-être que ce fut uniquement à ce moment-là que la demoiselle fut réellement réveillée. Quoi qu’il en soit, elle ne mit pas une éternité à comprendre ce qui s’était passé, particulièrement comme cette fois elle n’avait pas bu une quantité suffisante d’alcool pour ne plus avoir de souvenir. Elle savait donc pertinemment que la personne qui se trouvait dans son lit n’était nulle autre que son mari. « Génial. » marmonna-t-elle alors qu’elle cherchait quelque chose pour se couvrir. Attrapant finalement une chemise - qui n’était définitivement pas la sienne mais qui ferait l’affaire, Mei l’enfila rapidement. Suite à quoi elle reposa son attention sur l’homme qui, naturellement, la dérangeait. Pourquoi est-ce qu’il fallait que ça termine toujours comme ça ? Bon, c’était une question purement hypothétique. Elle le savait pertinemment pourquoi au fond, mais elle préférait ne pas y penser davantage.

Surtout qu’il fallait dire à quel point c’était la situation était semblable à la première fois qu’elle s’était réveillée ainsi, à la différence qu’elle se souvenait de ce qui s’était passé et qu’elle n’était pas à Hong Kong. D’autres légers détails ponctuaient la situation, mais elle était toujours aussi désagréable. Mei dut néanmoins retenir ses envies meurtrières à l’égard de son mari pour lui adresser un si sympathique : « Réveille-toi. » Le tout accompagné de son bras qui lui secouait l’épaule. Évidemment, elle voulait qu’il parte le plus rapidement possible pour plusieurs raisons, mais elles ne valaient pas forcément la peine d’être expliquée. « Dépêche toi, surtout. » Elle n’était que très rarement agréable avec Shan, mais en soit il fallait s’y attendre. D’abord parce qu’elle avait honte que la majorité, si ce n’était pas la totalité, de leurs rencontres finissaient ainsi, mais en plus, parce qu’elle le détestait tout simplement de ne pas accepter de signer les papiers du divorce. Alors du coup, elle ne pouvait que vouloir le voir partir et de la façon la plus rapide qui soit.  
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Shan
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 28/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: husbando. what an embarrasing day for me.   Dim 29 Sep - 21:22

Il dormait du sommeil des justes que même la sonnerie stridente d’un téléphone portable ne pouvait perturber. Shan, le visage étampé dans un oreiller, cachant le fait qu’il devait avoir la bouche grande ouverte telle une grosse morue, fut réveillé par une secousse soudaine sur son épaule. Il émit une faible protestation, mais le ton de la personne lui ayant ordonné de revenir de par-delà des vivants était catégorique. Il releva la tête, les yeux plissés de restant de torpeurs, alors que la voix ajoutait qu’il devait se presser en plus. Il sourit en reconnaissant les doux accents d’amertume et de regrets qui lui étaient familiers. Les plaisirs de se faire tendrement réveiller par sa petite femme le matin. « Bon matin. » dit-il avec un peu trop de joie dans la voix. Lui, probablement contrairement à Mei, se rappelait parfaitement des raisons qui l’avaient amené à se réveiller dans le plus simple appareil et dans le lit de la demoiselle. Il s’étira alors en baillant, mais s’interrompit quand il ressentit un élancement dans le dos. Le jeune homme se mit à rigoler silencieusement en sentant dans son dos un peu de relief. « Si on continue à faire ça, va falloir que tu te coupes les ongles. », proposa-t-il avec un clin d’œil envers la responsable des griffures dans son dos.

On ne pouvait pas dire que Mei avait été très douce avec lui hier soir, pas que douce puisse être un bon mot pour la décrire dans d’autres situations. Shan s’y était habitué, c’était leur routine à eux. Mei voulait lui faire signer les papiers, ils buvaient (parce que la jeune femme s’imaginait que cela aiderait sa cause ou pour tenter d’oublier qu’elle s’était mariée au mauvais gars, il ne savait pas), Mei tentait de lui coller une baffe, une chose menant à une autre cela finissait sur un canapé ou dans un lit, puis venait les regrets du matin, enfin, pas de son côté à lui. Shan ne manqua pas de sourciller en voyant qu’elle s’était emparée de sa chemise. « C’est mignon sur toi », indiqua-t-il en la pointant. Elle devait s’imaginer qu’il se moquait d’elle et de son énième moment de faiblesse à son égard. Elle ne tarderait pas à le foutre dehors de chez elle, sans nul doute. C’était un peu décevant de ne pas pouvoir entretenir une conversation de fond avec elle, mais il profitait de ce qu’il pouvait se permettre dans le moment. Shan s’assit dans le lit, pour simplement s’étendre sur le dos. Il allait prendre son temps un peu, n’en déplaise à son hôte. « Alors t’as bien dormi? », s’enquit-il sans arrière-pensée. Ce n’était pas parce que sa femme voulait le tuer dans le moment qu’il allait faire exprès d’être désagréable à son tour, ce n’était pas son style. Il espérait qu’à force de gentillesse elle accepterait sa présence, mais ce matin, cela semblait peine perdue.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: husbando. what an embarrasing day for me.   Dim 29 Sep - 22:50

because i feel so pathetic.
La capacité de Mei a ne pas ressentir une horrible gueule de bois après une si grande ingurgitation d’alcool était définitivement impressionnante - bien que terrible pour son foie. Si son taux d’alcoolémie de la veille n’était pas proche d’équivaloir ce qu’elle avait le soir de leur mariage, mais elle avait suffisamment bu pour n’avoir que des souvenirs flous. Disons qu’il faudrait sans doute qu’elle apprenne à stopper ses envies de boire dès qu’elle le voyait. Lui qui était si heureux, ça ne pouvait que l’énerver. « Bon matin, tu peux partir maintenant. » Oui bon, déjà, elle oubliait un léger détail du genre le fait qu’elle portait sa chemise. Mais bon outre ce détail, elle avait suffisamment l’habitude de ce qui était devenue une routine pour savoir qu’elle ne se débarrasserait pas de lui si facilement. Rapidement, Mei prit un teint de pivoine alors qu’elle entendait le commentaire de son mari. « Ça ne se reproduira pas, ne rêve pas trop. » Oh comme si quelqu’un allait y croire. C’était si peu crédible que même, au fond, n’y croyait pas du tout.

Son regard fixé sur ses ongles, s’efforçant de ne pas trop penser en détail à ce qu’elle aurait pu faire la veille, elle se contenta pratiquement de rester plantée non loin de lui. Comme si ça allait l’aider à le faire partir plus rapidement. Sauf que non, ça ne fit qu’attirer un commentaire dont elle aurait pu se passer. Son teint garda une fine couleur rosée alors qu’elle répondait, visiblement d’une très mauvaise humeur qui ne s’améliorait pas : « Tu peux éviter de te moquer de moi aussi. » Oui parce que c’était la seule façon dont elle pouvait interpréter ce qui lui avait dit. Elle ne comptait pas s’y attarder davantage alors qu’elle se dirigeait vers la salle de bain en ramassant des pièces de vêtement qu’elle pourrait enfiler. « Je vais te la rendre propre, attends. » Hors de question de lui donner une raison de revenir une autre fois pour récupérer sa chemise et son éducation la forçait à au moins la rendre propre.

Alors qu’elle s’apprêtait à rentrer dans la salle de bain pour se changer, Shan prit la parole ce qui la stoppa dans son élan. « Qu’est-ce que ça peut bien changer pour toi ? » Oh oui, elle allait définitivement détruire chaque tentative de se montrer agréable avec elle. Elle se bornait à le détester, voilà la seule chose à laquelle elle pensait pour l’instant. « Sers toi dans le frigo si tu veux. » C’était presque une belle attention à son égard, alors qu’elle entrait dans la salle de bain, refermant la porte derrière elle. Après quoi elle se cogna la tête contre un mur, comme pour se reprocher l’énième connerie qu’elle avait fait. C’était tout ce qu’il était après tout, une connerie dont elle n’arrivait pas à se débarrasser.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Shan
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 28/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: husbando. what an embarrasing day for me.   Mar 1 Oct - 0:03

Si on lui avait donné un dollar pour chaque fois que Mei lui avait assuré que c’était la dernière fois que leurs entretiens se terminaient en ébats, Shan aurait pu arrêter de travailler pour un moment. D’accord, pas un très long moment, mais quand même. Elle devait lui dire ça à chaque matin, à son grand dam. Heureusement qu’elle finissait par toujours trahir son mot, sinon Shan aurait commencé à le prendre personnel. Comme d’habitude, sa femme se cantonnait dans son idée qu’il faisait tout cela pour gâcher sa vie, prenant ses compliments pour des railleries. Leur relation était tellement plus harmonieuse lorsqu’ils n’étaient qu’amis ou collègues. Parfois, le photographe se disait qu’il aurait mieux fait d’accepter le divorce et de reprendre à zéro. Mais cela aurait été abandonner. Il n’était pas un lâche, donc il n’abandonnerait pas, même si cela devait lui apporter d’autres matins amers comme celui-ci.

Il n’osa pas répondre à la boutade de sa tendre épouse, visiblement fâchée qu’il lui demande comment elle avait dormi. Quelqu’un était de très mauvaise humeur aujourd’hui. Il ne fallait pas trop pousser sa chance dès le début, des plans pour qu’elle le jette dehors avec ses sous-vêtements comme seule protection.  Elle en serait capable, il n’avait aucun doute là-dessus. Il ne se fit pas prier pour se servir lorsque la jeune femme lui indiqua qu’il pouvait le faire. Il avait sûrement moins besoin de guérir une gueule de bois que cette dernière, mais il ne dirait pas non à un peu de subsistance alors qu’elle allait regretter ses erreur passées dans les toilettes. Il se leva, gardant la couverture pour couvrir sa vertu alors qu’il marchait lentement vers la cuisine et les victuailles qu’elle contenait. C’était dommage, il avait plein de nourriture chez lui. Mais la princesse des mauvaises décisions ici présente ne voulait pas mettre les pieds dans son appartement, prétextant que c’était dans un voisinage trop louche, que c’était trop sale, que c’était louche. Bref, c’était trop pauvre pour ses goûts de jeune bourgeoise, aussi simple que cela. Peut-être aussi que Mei voulait être sûre de le recevoir quelque part où elle pouvait se souler  pour accepter le fait qu’il ne changeait pas et ne changerait peut-être jamais d’idée. Elle ne s’aidait pas, peut-être ses arguments seraient plus convaincants si elle n’était pas toujours soule.

Shan ouvrit la porte du frigidaire, jugeant ce qu’il pourrait utiliser. Pourquoi ne pas lui donner une raison de le garder dans l’appartement, tant qu’à y être? Il repéra alors des œufs, et lança à l’intention de la jeune femme dans les toilettes de la honte : « Comment tu prends tes œufs? J’sais faire brouillé et miroir. » Il ne pouvait pas promettre qu’il ne percerait pas le jaune par exemple. Mei allait probablement dire non de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: husbando. what an embarrasing day for me.   Mar 1 Oct - 0:59

because i feel so pathetic.
Mal interpréter les intentions de son mari était quelque chose pour laquelle elle excellait tout simplement. D’un autre côté, il fallait s’attendre à ce qu’elle réagisse ainsi considérant la situation. En se bornant à le détester, elle se limitait dans les façons d’interpréter la chose. Elle voyait donc tout d’un œil négatif, c’était aussi simple que ça. Le problème, c’était qu’elle n’arrivait pas à tenir ses menaces, notamment la plus importante qui assurait que leurs ébats ne seraient pas répétés. Malheureusement, Mei n’arrivait jamais à retenir ses envies une fois saoule, bien qu’au fond, elle n’admettrait probablement jamais leur existence. Elle se bornait donc à l’envoyer promener dès qu’elle avait l’occasion. Sauf que malheureusement l’envoyer promener ne réglait pas tous les problèmes de fond, le principal étant le divorce. Non, elle était toujours au prise avec un mal de tête plutôt désagréable et une nausée tout aussi chiante. Évidemment, il fallait noter que la demoiselle n’était pas la plus grande des cuisinières et la veille son repas n’avait été que très pathétique. Le tout suivi d’une bonne quantité d’alcool, elle pouvait pratiquement remercier le ciel de ne pas avoir été malade, bien qu’à la limite ça aurait peut-être pu faire fuir Shan…
Une grimace s’étira sur son visage alors qu’elle entendait la question qui lui était adressée. Se stoppant dans ses lentes intentions de se changer pour répondre, elle ne le fit néanmoins pas d’une façon des plus agréable : « Je les prends miroir. » Oh, c’était définitivement un cas qu’elle accepte ce qu’il lui proposait, mais la raison était bien simple. Vu les maux de cœur qu’elle avait, manger semblait être une solution comme une autre.

Une fois changée dans des shorts et une camisole, ce qui était davantage que son pyjama habituel, la chemise de son mari dans les mains, Mei alla vers la cuisine pour surveiller ce que le jeune homme faisait. Forcément, elle voulait s’assurer qu’il ne faisait rien de louche, particulièrement puisqu’il allait lui cuisiner quelque chose. Ne voyant rien de suffisamment louche, elle alla mettre la chemise dans la machine à laver, ajoutant diverses pièces de vêtements avant de partir la machine. « Ça ne devrait pas être trop long une fois que ta chemise sera propre tu pourras partir. » Et il pouvait lui faire confiance pour qu’elle le mette dehors dès que ce sera possible. « Tu pourrais au moins te mettre quelque chose au lieu de trainer mon drap un peu partout. » Il fallait comprendre ici : va mettre quelque chose. Elle avait beau ne pas avoir l’air si autoritaire à ce moment précis, il ne fallait pas se méprendre. Alors qu’elle le laissait à la préparation des œufs, elle se dirigea vers la table à manger pour y retirer les bouteilles d’alcool qu’elle avait bues la veille. Voyant alors les papiers de divorce qui trainait sur la table, elle ne put s’empêcher de demander : « J’imagine que ce serait encore trop te demander que de signer les papiers ? » Elle ne croyait pas en ses chances de succès à ce niveau là, mais on pouvait toujours rêver.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Shan
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 28/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: husbando. what an embarrasing day for me.   Jeu 3 Oct - 20:45

Shan avait eu le bon instinct d’aller la prendre par l’estomac. C’était probablement la seule façon de la convaincre de ne pas le bouter hors de ses quartiers de grande dame, de peur que quelqu’un remarque sa présence. Personne ne semblait au courant dans l’entourage de Mei de son mariage avec un collègue, elle lui avait aussi formellement interdit d’en parler à qui que ce soit, règle à laquelle il avait dérogé de maintes fois.  Cela lui faisait néanmoins plaisir de fournir une alimentation autre à la jeune femme que celle des restaurants chics et des take-out brachés, des bons œufs miroirs tous simples. Il alla donc s’affairer, juste à temps, car Mei plus vêtue que tout à l’heure, venait inspecter au cas qu’il fasse flamber sa jolie cuisinette. Mais de toute évidence, elle n’avait rien à redire sur la manière dont il cassait des œufs, ça on ne pouvait pas lui reprocher.  

Malgré ses tentatives de pourparlers culinaires, sa douce moitié restait froide comme la calotte polaire, lui rappelant qu’une fois le cycle de lavage terminée, il fallait qu’il foute le camp. Quelle ambiance de choix, vraiment. « Oui, oui », répondit-il à cette phrase qu’il l’avait entendue dire si souvent. Il devait avouer qu’il était un peu compliqué de faire des œufs à une main, l’autre occupée à s’assurer que le drap assurant sa pudeur ne tombe pas. Mei lui fit remarquer, mais en d’autres termes, appuyant un peu plus sur le fait qu’elle le trouvait indécent à outrance.  Shan dut lors obtempérer, laissant le déjeuner sans surveillance quelques instants, le temps de remettre les morceaux de vêtements qui lui restait, des sous-vêtements et un pantalon. Alors qu’il enfilait la dernière patte de celui-ci, il entendit une fois de plus la voix de Mei. Il ne comprit pas tout de suite ce qu’elle voulait, mais bien évidemment, c’était qu’il signe les papiers. C’était le moment de jeter une bombe fumigène, métaphoriquement parlant. Se redirigeant vers la poêle où crépitaient deux œufs miroirs, il lui lança sa parade : « J’ai remarqué que tu portes encore l’alliance. Pourquoi ? » Il devait avouer qu’il ne venait pas avec ce genre de phrases sur le coup. Parfois, quelque jours avant, il se faisait un répertoire de ce qu’il pouvait lui lancer pour faire changer le sujet en sa faveur et éviter de devoir s’expliquer sur les papiers. Mei devait être au courant de sa manœuvre, mais elle était trop fière pour l’ignorer souvent. Piquant le blanc d’un œuf d’une fourchette pour en vérifier la consistance, il ajouta : « C’est pas comme si tu voulais qu’on sache qu’on est mariés, alors pourquoi? » C’était une question comme une autre, et même si cela servait de diversion, il aurait aimé savoir.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: husbando. what an embarrasing day for me.   Jeu 3 Oct - 21:47

because i feel so pathetic.
Retourner sur le divorce alors que son mari s’affairait à la nourrir semblait être une drôle d’idée, mais il fallait savoir que pour Mei c’était une priorité qui dépassait tout le reste. Ce n’était pas parce qu’ils avaient pratiquement l’air d’un couple à cet instant qu’elle avait soudainement envie que ça devienne la réalité. Au contraire, elle avait bien envie de s’en débarrasser le plus rapidement possible pour retourner à ses repas à emporter de divers restaurants qu’elle affectionnait. C’était son train de vie normal que Shan venait sans cesse déranger et c’était en partie ce qui le dérangeait chez lui, même si, en soit, elle était celle qui lui permettait de le faire.

Elle fut néanmoins prise de cours lorsqu’elle entendit la question de son mari. Elle s’était attendue à un refus, cette partie était évidente, mais la question qu’il lui posait était un peu plus épineuse puisqu’à priori elle n’avait pas trop de raison de la porter. Plus ou moins consciente du fait qu’il s’agissait uniquement d’une tactique pour éviter de répondre à l’interrogation qu’elle avait elle-même amenée, Mei bloqua tout simplement. Elle n’avait pas de belle réponse tout préparée, aucune excuse pour son entêtement à garder l’anneau près d’elle, qu’il soit à son doigt, au bout d’une chaine, ou même dans son sac à main. « Je ne la porte pas toujours. » Ça semblait bien faible comme réponse, mais c’était un point qu’elle jugeait important de préciser, Shan n’avait certainement pas besoin de savoir que même lorsqu’elle ne le portait pas, l’alliance n’était jamais bien loin. « Puis c’est surtout pour ne pas la perdre. Ça a sans doute fait un trou dans ton budget limité alors c’est la moindre des choses de te la rendre lorsque tout ça sera fini. » Elle sous-entendait clairement que c’était parce qu’il était pauvre ce qui lui donnait définitivement l’air d’une snob. Ce qu’elle n’était pas particulièrement le cas, seulement c’était une bonne protection du coup !

Il avait cependant marqué un point en disant qu’elle ne voulait pas que leur mariage soit connu, mais maintenant que le choc avait passé, elle était capable de rétorqué avec beaucoup plus de calme. « C’est évident que je ne veux pas que ça se sache, mais de toute façon, en ce moment, mes parents pensent que je suis mariée avec Baoqiang alors il n’y a aucun problème. » Peu consciente du fait que ça pouvait blesser Shan qu’elle dise qu’on croyait qu’elle était mariée avec son meilleur ami et qu’en plus ça ne la dérangeait visiblement pas comme situation, elle changea de sujet comme si de rien n’était : « C’est bientôt prêt ? » Oui parce qu’elle avait faim et elle comptait sur lui pour régler ce problème ! Il fallait bien qu’il se montre à la hauteur des attentes.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Shan
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 28/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: husbando. what an embarrasing day for me.   Mar 8 Oct - 0:53

Si elle ne portait pas toujours son alliance, en tout cas elle la portrait toujours en sa présence. Liu Shan était photographe et estimait avoir l’œil pour les détails, et celui-là, il ne l’avait pas manqué. Peut-être se faisait-il des idées et n’avait remarqué que les fois où elle portait en effet l’alliance, mais il en doutait fortement. L’explication que lui servit Mei par la suite le déçut un peu. Il aurait espéré une raison plus floue, moins pratique plus... Sentimentale disons. Non seulement, elle ne le portait que pour ne pas la perdre, et en plus, elle devait en rajouter quant à leur différence de richesse. Shan avait un peu mal. Il n’était pas pauvre, mais comparé à Miss Bourge en puissance, ce n’était pas grand-chose.  « C’est... Gentil. », tenta-t-il pour ne pas paraitre trop blessé. Certaines de ses piques faisaient plus mal que d’autres, mais il fallait tenir bon s’il voulait un jour lui faire comprendre que leur relation en valait la peine.

Les œufs étaient prêts, alors qu’il les décollait de la poêle alors que son épouse reprenait la parole. S’il avait trouvé sa réplique précédente plutôt acerbe, il allait bientôt être servi, encore plus que les œufs. Évidemment, il fallait qu’elle parle de ce maudit Baoqiang, le gars qu’elle appelait toujours pour qu’il vienne la chercher, comme au lendemain de leur mariage. Ce gars était toujours dans les parages à tourner autour d’elle. Il était rare qu’il n’aime pas des gens, mais ce gars-là... Il était là, sournoisement, à encourager Mei à divorcer. C’était probablement à cause de lui qu’elle voulait à chaque fois lui faire signer les papiers. Ça, c’était dur pour son moral ce matin. Et voilà qu’elle le traitait comme son domestique.  Prenant la poêle, il alla laisser tomber l’œuf mollement dans son assiette sans plus de cérémonie. « Voilà, tes désirs sont des ordres », dit-il plus sèchement qu’il ne l’avait prévu au départ. Dans ces cas-là, il était content de refuser de signer les papiers rien que pour embêter elle et Baotruc. Il laissa tomber son œuf dans son assiette, la poêle sur la table et son cul sur une chaise avec un soupir. Pourquoi tant de méchanceté? Qu’avait-il fait au ciel pour qu’elle ne l’aime pas hein? Il n’était pourtant pas laid, il n’était pas un idiot. Était-ce juste parce qu’il n’était pas assez riche? Il n’aurait jamais cru ça d’elle...
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Liu Mei
- i'm just a resident -
avatar
au nom de l'étrange

Inscrit(e) le : 08/09/2013
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: husbando. what an embarrasing day for me.   Mar 8 Oct - 22:36

because i feel so pathetic.
Se donner des airs de grandes dames aidait lorsqu’elle était avec Shan. Comme si ça lui rappelait qu’ils n’étaient pas réellement du même monde, ça semblait idiot considérant qu’elle s’était souvent battue avec ses parents pour pouvoir travailler au lieu qu’ils lui payent tout. Ce qui ne l’empêchait pas d’être bien attachée à la facilité financière que ses parents lui apportaient et qu’au final, elle était bien bourge de caractère. Elle n’était pourtant pas si snob que ça et n’avait rien contre les gens pauvres, elle avait juste quelque chose contre Shan. Pourtant, il fallait savoir que Mei n’avait pas capté qu’elle l’avait blessé par son commentaire, parce que ce n’était pas son but. Oui parce qu’en fait, elle avait besoin se canter dans le fait qu’elle détestait son mari, à la base ce n’était pas son sentiment premier à son égard. « Au fait comment as-tu pu te procurer ça à la base ? En étant soul. » Oui parce que Mei n’ayant pas beaucoup de souvenir, elle avait simplement assumé qu’il était dans un sale état comme elle. Elle n’avait pas de souvenir sur comment ils avaient fait pour se procurer des alliances et ça semblait être un exploit pour deux personnes complètement pétées, mais bon.

La demoiselle fut prise de cours en entendant le ton sec du jeune homme. Manifestement, elle avait touché une corde sensible et étrangement elle se sentait mal. « Merci. » Elle fut surprise de voir que l’œuf ne semblait pas horrible ! Comme quoi Shan avait des capacités insoupçonnées – oui parce que faire des œufs était digne d’être qualifié de capacité pour elle. Elle le regarda donc du coin de l’œil alors qu’il s’installait avec un soupir. « Qu’est-ce qui… » Elle s’interrompit alors, jugeant que montrer de l’inquiétude pour son humeur allait contre le fait qu’elle le détestait. Sauf qu’elle ne le voyait pas souvent aussi sec et ça l’inquiétait réellement. Pendant un court instant tout au moins, le temps qu’elle se rappelle leur situation. Ce qui lui rappela d’ailleurs un autre détail : « Puis tu n’as pas répondu à ma question, si tu dis que mes désirs sont des ordres tu pourrais signer les papiers. » Shan avait beau être têtu, Mei l’était également et puisqu’elle restait dans l’idée qu’elle le détestait, seul le fait de lui faire signer les papiers avait de l’importance. Tant pis si elle le blessait, parce qu’au final, elle jugeait – plutôt de mauvaise foi – qu’il méritait pour lui imposer une telle situation, peu importe si elle l’avait bien aimé à la base. Ça il n’était pas obligé de le savoir après tout.
Revenir en haut Aller en bas
wo de mingzhi shi
Contenu sponsorisé

au nom de l'étrange


MessageSujet: Re: husbando. what an embarrasing day for me.   

Revenir en haut Aller en bas
 

husbando. what an embarrasing day for me.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
- WE DREAM OUT LOUD - :: résidences :: Liu Mei-